jade-dragon-01 Mary Corbet

L’historienne de la broderie Sheila Paine, citée par Claude Fauque dans son ouvrage « La broderie, splendeurs, mystères  et rituels d’un art universel », note :

le schisme dans la broderie occidentale entre le travail créatif des indépendants et la lame de fond des broderies commerciales dessinées et des kits qui donnent du plaisir à des milliers de gens…

Précisons-le : en matière de plaisir, il n’y a pas lieu d’édicter des normes ! La broderie en « kit » donne la sécurité d’une réussite assurée et la liberté que procure un chemin tout tracé, permettant à l’esprit de vagabonder tandis que les mains s’activent.

Mais il est vrai que le « kit » ne laisse aucune chance à la moindre personnalisation. Pourquoi se refuser également le plaisir de faire oeuvre un peu plus personnelle, si l’envie nous prend de sortir, ne serait-ce qu’un peu, des sentiers battus ? Même en reproduisant un modèle, il n’est guère difficile d’ajouter sa propre touche : redimensionner le dessin d’origine en fonction de l’usage prévu, changer de fils, de support, modifier les couleurs… Toute modification implique de conserver un équilibre général, donc de repenser et au final de mieux s’approprier le modèle. Et pourquoi ne pas se donner de plus en plus de liberté dans la réinterprétation, voire le détournement, des motifs ?

La création de ses propres dessins dépend de l’imagination et des dons plastiques de chacun. Toutes les représentations graphiques peuvent être à l’origine de broderie, et l’art du brodeur (ou de la brodeuse) consiste à transposer formes et idées en fonction des ressources spécifiques de la broderie. Selon le type de broderie choisi, il faut plus ou moins simplifier le modèle. A travers les détails que l’on élimine, les lignes que l’on épure, les éléments que l’on conserve (parfois en les accentuant ou en les déformant), tous les jeux sont permis… Copier et observer tous les parti-pris des artistes graphiques est source d’inspiration et de savoir-faire.

Broderie et contes populaires ont à voir l’un avec l’autre. Le travail du fil et du tissu parcourt les mythes (que l’on songe aux Parques, à Pénélope, au fil d’Ariane) et les contes populaires. Les arts textiles ont été enseignés aux humains par des héros civilisateurs, et restent chargés des symboles organisateurs du monde. Les contes sur le fil et l’étoffe nous parlent particulièrement de la distinction entre l’homme et la femme, et de la place respective de chacun.

Les contes populaires ont un pouvoir de fascination certain, pour peu que l’on accepte de s’y laisser prendre. Que des conteurs et des écrivains pour enfants sachent adapter ces récits aux besoins d’un jeune public est une chose, et que ces mêmes récits aident les petits à grandir est aussi une excellente chose. Mais les contes populaires ne sont pas des contes pour enfants. Dans l’esprit d’un large public, les contes sont rangés dans un « rayon jeunesse » et cet à priori ne permet pas d’entendre ce que ces récits ancestraux disent réellement. Leur message emprunte un langage codé qu’il faut savoir reconnaître, de contes en contes. Mais il convient de ne pas se contenter des versions de Charles Perrault, liées à la sensibilité de son époque et de son milieu.

Si les contes populaires ne sont pas une littérature charmante mais un tantinet simpliste, de même la broderie n’est pas non plus un passe-temps anodin. Se mettre à broder, c’est opérer une rupture avec l’ordinaire de  la vie, encadrée dans des temps programmés, des tâches et des obligations à remplir, des objectifs à atteindre… Décider de se mettre à broder, c’est d’abord se libérer de ce carcan -un carcan quelquefois bien utile parce qu’il nous évite d’avoir trop de questions à nous poser- et  laisser affleurer, au fil du motif qui émerge sur le tissu, tout ce qui se dit en nous, et d’une certaine façon, reprendre possession de nous-même. Broder a à voir avec le temps qui passe et avec la trace que nous laissons.

Savons-nous réellement à qui, au fond de nous-mêmes, nous dédions chacun des points que nous laissons sur la toile ?

 

Enregistrer